Like the poetry of the troubadours and trouvères, the Gallego-Portuguese lyric includes several distinct genres, one of which is the cantiga de amigo. There are nearly 400 surviving poems in this genre, only six of which – cantigas by Martin Codax – have come down to us with their music. The ensemble Fin’Amor presents a richly instrumented interpretation of these rare examples of Gallego-Portuguese lyric.


La lyrique courtoise apparue en Occitanie au début du XIIe siècle va connaître un engouement non seulement en France, mais dans toute l’Europe. Les rapports privilégiés entre les royaumes occitans et ceux de la très proche Espagne, ainsi que l’art des poètes et des jongleurs galiciens va donner naissance à une tradition courtoise originale en langue gallégo-portugaise. Tout comme dans la poésie des troubadours, on distingue plusieurs genres dont la cantiga de amigo. Elle se caractérise par un texte qui exprime les pensées et les sentiments d’une jeune femme souffrant de l’absence de son ami. Parmi les 10 cantigas de amigo présentées dans ce programme, sept sont attribuées à Martin Codax, poète dont on ne connaît par ailleurs pratiquement rien. Ces sept chansons retrouvées au début du XXe siècle ont la particularité de sembler constituer un cycle : une jeune femme face à la mer à Vigo (ville de Galice) tantôt espère le retour de l’ami, tantôt se lamente ou exprime le désarroi de sa solitude. De ces 7 cantigas, seules 6 mélodies furent conservées et constituent l’unique témoignage musicale du genre.

1 Scroll to Top